Skip to content

Téléphone et opérateurs

Une des premières choses à faire en arrivant dans un pays étranger où l’on reste quelques mois (voir plus), c’est d’avoir un numéro national.
Bien évidemment, je ne me suis pas précipité. Et j’ai envie de dire heureusement.
Entre les personnes qui viennent pour un cycle en entier, ceux qui sont là pour une année (deux sessions) et ceux qui ne restent qu’une session, la vision est autre.

Ici les contrats sont pour 3 ans. Donc c’est une solution non-envisageable.
Il reste la possibilité de la carte prépayée ou du contrat cassable quand on veut (30 jours à l’avance). Il faut savoir qu’au Canada, les communications/SMS sont payése par les deux personnes (l’appelant et l’appelé). Il faut savoir aussi que le minimum est à 10$ dans toutes les transactions. Certains opérateurs offrent des services avantageux (250 minutes + appels entrants illimités + ….) mais qu’il faut parfois pour le confort ajouter des services payants (affichage du numéro, …). J’ai vu certaines personnes se précipitées sur des forfaits à 35$ (hors taxes car on parle toujours hors taxes ici) sans avoir bien compris le mécanisme.

Ce qui arrive pour certains étudiants, c’est que leur cellulaire n’est pas compatible avec les réseaux canadiens. Cela, parait-il, fonctionne au Canada avec leur carte française. Soit.

Pour ma part, je n’ai pas encore jeté mon dévolu pour un opérateur (Rogers, Bell-Aliant, Virgin, Koodo, …). En même temps, il est certain que je veux me tourner vers une carte prépayée (Pay as you go comme ils disent chez Rogers). Au niveau des prix, si on prend des packs (genre pack de 5$ pour 250 SMS), c’est moins cher que chez nous. Sinon on est au-dessus de nos prix.

PS : Quand je compare nos prix, je parle toujours avec un taux de change arbitraire 1:1. Car certaines choses de la vie coutent plus chères tandis que d’autres au contraire sont plus abordables. C’est un sujet à controverse (Oui, je me pointerai bien sur le plateau le dimanche midi :).